Astiera – Interview (Between Us)


Between Us est le rendez-vous bimensuel avec un passionné de cinéma et/ou séries. Blogueurs, podcasteurs, twitteurs assoiffés se dévoilent à travers mes interviews afin de mieux se faire connaître. Cinéphiles et Sériephiles, vous avez le devoir de lire ce qui suit sinon gare à vos… (je vous laisse à votre imagination débordante :p)

Invitée n°2: Astiera

astiera

Age: 31 ans
Département:  Seine-et-Marne (77)
Twitter: @Astiera01
Son Blog: Series addict, so what?

Peux tu te présenter en quelques phrases?

Je suis une series addict à forte tendance monomaniaque obsessionnelle. On peut parfois me prendre pour une psychopathe, j’adore faire ma peste et je vote pour que le credo Se la péter en toute circonstance soit enfin reconnu à sa juste valeur. Que des qualités en somme !

Quel est l’origine de ton pseudo Astiera?

Je suis une très grande fan de Kaamelott mais aussi d’Hero Corp et donc globalement de la sphère Astier. Une amie m’a baptisée Astiera. Ce pseudo m’a plu et je l’ai adopté.

astiera2

On te voit participer à plusieurs podcasts (Season1, Podsac etc…). Cela sera sûrement delicat mais peux-tu nous donner ton top 5 d’emissions podcasts (audio ou video) 

Ah, le cruel exercice du top 5…

The Aguiche Room: je suis tombée dans le monde du podcast par hasard en découvrant leScuds (paix à son âme) où étaient invités Lionnel et Simon Astier. Une fois Scuds disparu, quelle joie de retrouver l’indétrônable Plissken et mon chouchou Damouk aux manettes d’un podcast hebdomadaire (joie immense). Le concept : deux hommes, deux chaises, une bande annonce qui passe (ou pas, mais souvent quand même) à la moulinette. Mention spéciale pour le numéro 22 où les deux loustics proposent une introduction d’anthologie.

Splitscreen: alors là, attention, je vous parle d’un petit bijou. Si vous ne connaissez pas encore ce podcast audio, foncez le découvrir. On y retrouve Hervé, Olivier et Gilles, trois amoureux fous du 7e art qui nous parlent des heures durant (oui, oui, des heures durant) des films et des réalisateurs qui les font vibrer. Un boulot de préparation de dingue, un entrain communicatif et un montage aux petits oignons signé Hervé (qui propose à chaque fois de délicieuses introductions). Et en plus, ces mecs-là sont des amours.

Season One: bon, si je ne le cite pas, je vais me faire tuer par Alex et Sophie… Plus sérieusement, un podcast sur les séries, cela ne se loupe pas. Et puis, Alex et Sophie ont eu une très bonne idée en invitant de nouvelles voix, dont j’ai la chance de faire partie.. Sans oublier l’arrivée d’une toute nouvelle pastille humoristique et un parti pris plutôt osé dans le monde de la sériephilie : parler de séries françaises.

Instagraff: petit ovni du web, laissez-vous emporter dans le monde rempli de machines poétiques signé Pascal Mabille, bien sûr aidé de son fidèle et très célèbre feutre Bob. Le concept est simple : Pascal improvise sous nos yeux un dessin au son d’une musique de moins de 4 minutes, tout en partant dans de très joyeuses et réjouissantes digressions. Et en plus, il est très fort pour apporter un peu de folie aux enregistrements de Season One lorsqu’il y officie.

Eclectik: j’avoue, je triche un peu car il ne s’agit pas d’un podcast, mais d’une émission de France Inter. Mais je ne peux pas ne pas en parler, car je l’écoute et l’aime depuis ses débuts.Rebecca Manzoni offre chaque semaine de longs entretiens avec des acteurs, réalisateurs, écrivains bien loin de la promo ordinaire et toujours très intéressants. Un vrai plaisir pour les oreilles et l’esprit.

astiera3

Parle nous de ton blog “Series addict, so what ?” 

La même amie qui m’a baptisée Astiera, m’a poussée à créer quelque chose à partir de ma passion pour les séries. Comme j’adore écrire, j’ai tout naturellement opté pour un blog. Je ne parle pas d’actu, je ne fais pas de reviews d’épisodes car je n’en ai pas le temps et d’autres sites le font déjà très bien.

J’essaye de trouver un angle, d’analyser une série en la mettant en perspective. Je n’écris que sur les séries qui me plaisent car, n’ayant pas à tenir le rôle de critique, je préfère parler de ce que j’aime et faire la troll ne m’inspire pas du tout. Je réserve ma mauvaise foi et mes arguments négatifs pour Season One lorsqu’on parle d’une série que je n’ai pas appréciée! Dernièrement, j’ai écrit des billets plus personnels qui, à ma grande surprise, ont particulièrement plu.

J’essaye de me tenir à la publication d’un billet par semaine, je n’ai pas le temps d’en écrire plus. Le temps passé à rédiger varie en fonction des sujets, des recherches que j’ai à faire, mais il me faut tout de même plusieurs heures car je n’écris pas d’un trait (sauf à de rares exceptions et là en une heure ça peut être plié).

astiera4

Comment est-tu devenue une très grande passionnée des séries TV?

Mon amour des séries est lié à mon amour pour la lecture. Je sais, écrit comme ça, cela peut sembler bien étrange. J’ai toujours aimé lire, me perdre dans des univers, passer du temps avec des personnages que je prends le temps de connaître, ce que je retrouve dans les séries. Bien sûr, gamine, les séries que je regardais étaient purement un divertissement. C’est X-Files qui m’a fait passer un cap et m’a rendu accro.

astiera5

Pratiquement tous les sériephiles de Twitter connaissent ton adoration pour Sherlock. Mais hormis cette série, si tu devais initier un non sériephile, laquelle lui conseillerai tu et pour quelles raisons?

Mince, je pensais que cela était passé inaperçu… Pas simple de conseiller une série parmi tant d’autres. Puisqu’il faut choisir, je conseillerai Six Feet Under qui appartient sans aucun doute à mon Panthéon. Une superbe série qui explore la nature humaine, et les relations familiales en particulier, avec force et folie. Et que dire de son final, d’une émotion et d’une cohérence qui vous transportent. Bon, ok, si vous n’aimez pas du tout les personnages névrosés qui foncent droit dans le mur, ça risque d’être compliqué.

Du coup, je conseillerai aussi Kaamelott, comment pourrait-il en être autrement ? Ne serait-ce que pour la plume d’Alexandre Astier, le jeu impeccable des acteurs, une narration qui évolue et gagne en profondeur.

astiera6

Quelles sont celles qui ont réussi à te faire verser une larme?

Alors, il n’y en a pas eu tant que ça. Urgences, l’épisode dans lequel Lucy est tuée et Carter blessé par un patient schizophrène. Les trois derniers épisodes de Six Feet Under, impossible de m’en empêcher. Kaamelott, la scène entre Guenièvre et Arthur dans le dernier épisode du Livre VI, pas vraiment de raison a priori, mais cela m’a touchée. Sherlock, le final du dernier épisode de la saison 2, la détresse de Watson me fend le coeur à chaque fois.

D’après l’ excellent article de ton blog datant du 1er mai 2012, tu nous explique pourquoi tu es une non cinéphile. Quel est ton avis, sur les séries qui se voient adaptées sur grand écran comme Sex in the city, Twin peaks, Miami Vice ou encore prochainement Entourage et 24h chrono? 

Merci pour le compliment, concernant cet article pour le moins hérétique ! Les projets cinéma tirés de séries ne m’intéressent guère et je ne suis allée voir que le premier film X-Files, parce que je ne peux pas lutter face à X-Files. Je me méfie de ces projets qui n’apportent pas grand-chose et sont plutôt des coups marketing : si une série a marché, alors le public viendra voir le film en masse. Mais une série et un film, cela n’a absolument rien à voir en terme de narration. La seule exception est bien sûr le projet de films Kaamelott signés Alexandre Astier. Il a toujours voulu finir son histoire au cinéma, il sait exactement où il va. Il ne reste plus qu’à les faire, ce qui n’est pas forcément le plus simple.

Une journée type sur twitter avec Astiera, cela donne quoi ? 

Je ne me connecte pas à Twitter via mon téléphone car celui-ci date de l’ère protérozoïque (il ne fait même pas appareil photo, c’est dire). Et c’est sans doute mieux car je m’y connecte déjà trop souvent lorsque je suis devant un ordinateur. Car oui, je suis addict à Twitter. Je parle quasi exclusivement de séries (voire d’une série lors de mes crises aigües de monomanie obsessionnelle), je dis pas mal de bêtises j’en ai peur, je pars souvent dans des délires avec d’autres sériephiles patentés et parfois, j’ose même poster tes tweets à haute valeur féministe. Je suis toujours surprise d’être peu unfollowée : mes followers sont soit totalement fous, soit incroyablement indulgents.

astiera7

Une rencontre en tête à tête avec Benedict Cumberbatch (acteur principal de la série Sherlock) contre un mois sans utilisation de Twitter. acceptes-tu ce deal ? 

Est-il absolument nécessaire de préciser que je signe tout de suite sans la moindre hésitation ? Et j’emmène avec moi ma comparse Delphine Rivet.

 astiera8

Comment aimes-tu occuper ton temps lorsqu’il n’est plus question de séries?

Bouquiner sur l’herbe au bord de l’eau, passer du temps en famille et avec mes amis, cuisiner et surtout, dormir !

Un dernier mot pour tes nombreux fans ?

Mes très nombreux fans tu veux dire ! (et oui, j’aime vraiment me la péter en toute circonstance). Je vais profiter de ta gentille invitation à répondre à tes questions pour remercier celles et ceux qui prennent le temps de lire mes billets, de les partager, de les commenter.

Et n’oubliez pas : soyez passionnés !

 

Je te remercie Astiera pour ta participation à cette interview et je note que j’ai reussi à te faire citer des séries (Kaamelott, X-Files) bien plus de fois que Sherlock :p

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s