Jusqu’à ce que la fin du monde nous sépare – Critique


juska

Titre Original: Seeking a Friend for the End of the World
Genre: Comédie/Drame
Date de Sortie: 22 Juin 2012 (USA) / 8 Août 2012 (France)
Durée: 1h41
Réalisateur: Lorene Scafaria

Avec: Steve Carell, Keira Knightley, Melanie Lynskey, Adam Brody, Gillian Jacobs, Connie Britton, Patton Oswalt, Derek Luke, Martin Sheen

juska2

Synopsis: 

Que feriez-vous si la fin du monde arrivait dans 3 semaines ? C’est la question que toute l’humanité est obligée de se poser après la découverte d’un astéroïde se dirigeant tout droit vers notre planète. Certains continuent leur routine quotidienne, d’autres s’autorisent tous les excès, toutes les folies. Dodge est quant à lui nouvellement célibataire, sa femme ayant décidée que finalement, elle préférait encore affronter la fin du monde sans son mari. Il décide alors de partir à la recherche de son amour de jeunesse, qu’il n’a pas vu depuis 25 ans. Mais sa rencontre avec Penny risque de bouleverser tous ses plans.

 juska3

 Meilleure Scène:

Le moment le plus fort du film (et il y’en a plusieurs) c’est lorsque Dodge (Steve Carell) abandonne Penny (Keira Knightley), seule personne pour qui il craque, afin qu’elle puisse réaliser son dernier rêve. Celle-ci, endormie dans un sommeil profond, ne le sait pas. Éloignée de lui, on voit et comprend, à travers le visage de Dodge, la douleur sentimentale de devoir se séparer d’elle en cachette couplée au bonheur de rendre heureuse cette voisine encore inconnue quelques jours avant l’annonce de la fin du monde. L’acteur est brillant: les émotions sont là. Difficile de ne pas être réceptif…

 juska4

Point Fort: 

Le talent des deux protagonistes de l’histoire est tout simplement le point fort de ce long métrage. A divers reprises, Keira et Steve ne cessent de nous toucher, que cela soit en duo ou en solo. Même si le film n’est pas forcément long en avancement dans l’histoire, les quelques moments calmes ne sont pas ennuyants du tout: il suffit de plonger dans le regard de ces deux stars du cinéma pour comprendre ce que les personnages ressentent! Mention spéciale pourSteve Carell qui est digne d’un Jim Carrey! Un acteur de base comique capable de faire pleurer …

juska5

Point Faible:

Le manque d’informations et même d’images tout court, concernant le météore qui va anéantir la planète, fait défaut au film… On ne voit un flash télévisé qu’à deux reprises, présenté par un visage familier issu de Desperate Housewives, Mark Moses (Paul Young dans la série). Et bien que l’aspect dramatique du film soit mise en avant, une atmosphère humoristique s’y attache ponctuellement. Cela aurait donc pu permettre de rendre le film plus terrifiant si on aurait servi à nos yeux ce danger qu’on ne sent pas vraiment peser tout le long du film. La scène finale, pas ratée ceci-dit, pourrait avoir un meilleur impact. Ce qui fait que cela nous laisse un petit peu sur notre faim…

juska6

Jusqu’à ce que la fin du monde nous sépare est une très bonne comédie dramatique servie par un duo d’acteurs performants! Keira Knightley est tout simplement attachante mais le mérite revient surtout à Steve Carell qui nous prouve, tel un Jim Carrey, qu’il sait sortir de son image « burlesque » à laquelle nous sommes habitués. Il avait déjà réussi avec Crazy, Stupid, Love. Ils sont entourés par des comédiens plus ou moins familiers dont l’excellent Martin Sheen mais aussi une Connie Britton (American Horror Story, Friday Night Lights) transformée en épouse libérée à cause ou grâce à la fin du monde, un Adam Brody (Seth de Newport Beach) en boyfriend psychotique et Gillian Jacobs (Britta de Community) caricaturée en serveuse bimbo. Les larmes et les rires sont généreusement bien au rendez-vous de ce film, mais la silhouette de la science-fiction reste très loin en arrière plan. Ce qui a pour conséquence de clôturer le film avec une intensité en demi-teinte causant une bonne petite frustration. A ne pas rater cependant rien que pour l’originalité du scénario et surtout pour les nombreux moments marquants sans jamais virer dans le pathos et l’ennui…

Note:  7/10

BANDE ANNONCE:

juska7

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s