Clerks, les Employés Modèles – Critique


cerks1

Titre Original: Clerks
Genre: Comédie
Date de Sortie:  19 Octobre 1994 (USA) / 9 Novembre 1994 (France)
Durée: 1h32
Réalisateur: Kevin Smith

Avec: Brian O’Halloran, Jeff Anderson, Jason Mewes, Kevin Smith, Marilyn Ghigliotti, Lisa Spoonauer, Ken Clark, Scott Mosier

clerks2

Synopsis:

Dante est caissier dans une épicerie du New Jersey. Randal est employé dans le vidéo-club voisin. Les deux amis débattent regulièrement des sujets les plus divers. Et parfois, la routine laisse place à des journées pour le moins étonnantes…

 
clerks3


Tout le film se situe le temps d’une journée et soirée dans une épicerie aux States avec quelques aller-retours dans le vidéo-club voisin qui nous rappelle le bon vieux temps de la gloire des K7 Vidéos de films en tout genre. En fait le réalisateur, Kevin Smith, travaillait réellement dans cette boutique et avec le peu de moyens qu’il avait, il a fait prendre vie à Clerks en tournant les scènes, composées de chapitres, la nuit lorsque le store était réellement fermé. De plus, il a eu le génie d’avoir recours à une astuce scénaristique en le poussant à planter le décor essentiellement en intérieur grâce à un chewing-gum usager qui bloque la grille d’ouverture ! Il faut le voir pour comprendre. A noter que Kevin apparaît dans ce long métrage qui a récolté pas mal de prix (Festival de Cannes, Deauville, Sundance)….



clerks5

 
Filmé en noir et blanc, sans aucune action, Clerks pourrait dérouter tout cinéphile. L’épicier, personnage principal et l’employé du vidéo-club enchaînent des dialogues et situations cocasses avec les divers clients de passages ou ami(e)s et connaissances qui vont et vient. Ce produit ravira tout geek vu le nombre impressionnant de références allant de Star Wars à Indiana Jones en passant par les Dents de la Mer et des débats politiques et anti-tabac entre autres. Les amourettes, elle aussi, ne sont pas mises de côté. Chaque chapitre apporte la plupart des cas une chute hilarante ou une morale qui prête à réflexion. J’aurai préféré cependant que cela soit filmé en couleur même si je dois reconnaître que cela apporte une touche personnelle à la réalisation. Mais sans action et quelques lenteurs, pourtant utiles au scénario, Clerks pourrait glacer d’ennui les plus impatients d’entre nous. J’ai, pour ma part, passé un bon moment avec ces personnages loufoques dont Dante et Randall qui m’ont régalé avec leurs débats et comportements tarés. Il ne me reste plus qu’à voir le second volet  qui est sorti 12 ans plus tard …

Note:  7/10

BANDE ANNONCE:


clerks6

Publicités

6 réflexions sur “Clerks, les Employés Modèles – Critique

  1. Excellent film, perso la lenteur et le manque d’action dans un film ne me dérange pas du tout, au contraire je trouve que cela a tendance à accentuer la qualité des dialogues et du scénario. Pour l’instant, je dois avouer que j’ai un peu peur de regarder le 2 ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s