Bug – Critique


bug1

Titre Original: Bug
Genre: Drame/Thriller
Date de Sortie: 21 Février 2007 (France) / 25 Mai 2007 (USA)
Durée: 1h42
Réalisateur: William Friedkin

Avec: Ashley Judd, Michael Shannon, Harry Connick Jr., Lynn Collins, Brían F. O’Byrne, Neil Bergeron

bug2

Synopsis:

Agnès vit seule dans un motel désert. Elle est hantée par le souvenir de son enfant, kidnappé plusieurs années auparavant, et redoute la visite de son ex-mari, Jerry, un homme violent récemment sorti de prison. Dans cet univers coupé du monde, Agnès s’attache peu à peu à un vagabond excentrique, Peter. Leur relation tourne au cauchemar lorsqu’ils découvrent de mystérieux insectes capables de s’introduire sous la peau. Ensemble, ils vont devoir découvrir s’il s’agit d’une folie partagée ou d’un secret d’Etat…

 

bug9

Au vu du pitch, je m’attendais à tomber sur un film d’horreur bestiaire. En fait il n’en est rien du tout. Ce huis clos psychologique réalisé par William Friedkin (L’Exorciste, Killer Joe…) est une adaptation d’une pièce de théâtre de Tracy Letts qui raconte la rencontre de deux personnes assez troublées dont le destin va les unir vers une issue sans retour. Ashley Judd joue la femme dépressive qui vit cloîtrée dans son motel n’ayant gout à rien depuis la disparition de son fils quelques années plus tôt. Michael Shannon, interprète le charmant mais étrange inconnu qui va lui être présenté. (C’est le même acteur issu de la pièce de théâtre).  Atteint de paranoïa, il va la transmettre lentement mais sûrement à l’héroïne fragile via un amour torride et inquiétant les guidant tout les deux dans une dérive existentielle. Au fil de l’histoire, ils voient des insectes s’introduire sous leur peau. Cela commence par une bête, puis deux, puis une dizaine etc… Cela les perturbe en crescendo jusqu’à soupçonner un coup d’état du gouvernement qui en est après eux.



bug5


Coincés dans un motel qui sert de seul décor à ce long métrage, les deux protagonistes sont secondés par Harry Connick Jr, le violent ex-mari qui effraie la jeune femme, et Lynn Collins, en blonde cette fois ci, qui est la meilleure amie qui met en contact les deux héros. Au final, Bug est un film purement mental où on ne voit rien. Ces insectes invisibles accentuent donc notre sens de l’interprétation. Le final laisse quand même un goût amer car il n’apporte aucune réponse concrète, surtout que le scénario s’arrête pile poil à un moment riche en tension et en rythme. Il souffre aussi de quelques longueurs même si le concept reste intéressant… Le point fort de ce récit réside incontestablement au jeu incroyable et magistrale de Ashley Judd. Je ne crois pas me souvenir l’avoir vu  incarner un personnage aussi torturé de l’intérieur et atteindre un tel point culminant de détresse!

Note:  7/10

Bug2007Real : William FriedkinHarry Connick JrCOLLECTION CHRISTOPHEL

BANDE ANNONCE:

 
bug7

Publicités

2 réflexions sur “Bug – Critique

  1. c’est un film effectivement bien glauque et crade, proche du cinéma de David Cronenberg. Et Michael Shannon y montrait déjà son appétit pour les rôles border lines… Sinon, c’est clair que le défaut de Bug est son cruel manque de rythme.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s