Cloud Atlas – Critique


ca1

Titre Original: Cloud Atlas
Genre: Drame/Science-Fiction
Date de Sortie: 26 Octobre 2012 (USA) / 13 Mars 2013 (France)
Durée: 2h52
Réalisateur: Tom Tykwer, Andy Wachowski & Lana Wachowski

Avec: Tom Hanks, Halle Berry, Jim Broadbent, Hugo Weaving, Jim Sturgess, Doona Bae, Ben Whishaw, Keith David, James D’Arcy, Xun Zhou, David Gyasi, Susan Sarandon, Hugh Grant

ca2

Synopsis:

À travers une histoire qui se déroule sur cinq siècles dans plusieurs espaces temps, des êtres se croisent et se retrouvent d’une vie à l’autre, naissant et renaissant successivement… Tandis que leurs décisions ont des conséquences sur leur parcours, dans le passé, le présent et l’avenir lointain, un tueur devient un héros et un seul acte de générosité suffit à entraîner des répercussions pendant plusieurs siècles et à provoquer une révolution. Tout, absolument tout, est lié.

CLOUD ATLAS 

Comme le stipule à juste titre l’affiche, Cloud Atlas est incontestablement une expérience hors du commun à vivre au cinéma! Hors normes en plus de sa longueur (2h52 minutes!), on suit six histoires parallèles chacune à une époque différente dont une au présent. Elles interagissent entre elles.  On suit donc le voyage maritime d’Adma Ewing en 1849, le copiste musical Robert Frobisher en 1936, les révélations de la journaliste Luisa Rey en 1973, et de l’éditeur Londonien Cavendish en 2012, la révolte de la clone Somni en 2144 et la vie de Zachary en 2321. C’est le même casting qui interprète chaque fois un personnage dans chacun de ces récits. Et très souvent, ils sont méconnaissables grâce un maquillage et des effets spéciaux efficaces à un tel point que je n’ai pas reconnu certains d’entre eux sur le moment.

C’est même amusant d’essayer d’identifier Tom Hanks , Halle Berry ou même Hugo Weaving dans la peau d’une femme! Même l’asiatique Doona Bae, je ne l’ai pas grillé en dehors de la storyline futuriste centrée sur elle! Cette adaptation du best-seller éponyme écrit par David Mitchell maintient un rythme soutenu qui s’accélère d’ailleurs au fil des minutes qui passent en nous offrant un dénouement qui ne cesse jamais de s’essouffler étant donné qu’il est étalé sur ces six histoires! Les ellipses temporelles sont intéressantes ici car on passe d’une scène d’une époque automatiquement à une scène suivante située dans l’un des cinq autres récits. Ces enchaînements restent cohérents de par la narration et des objets, personnages cités et/ou présentés. Mais cela peut devenir assez vite un bordel dans notre petite tête si on n’est pas très concentré! C’est de ce fait, un gros défaut pour l’introduction de Cloud Atlas car imaginez vous que vous démarrez 6 films différents en même temps. Il vous faut alors retenir six fois plus d’informations et de détails!

CLOUD ATLAS

Le frère et la soeur Wachowski (Matrix, Bound…) et Tom Tykwer (Cours Lola Cours) nous livrent ici une oeuvre assez difficile d’accès mais qui suscite de nombreuses interprétations une fois visionnée. Un peu comme Inception, Cloud Atlas crée facilement le débat tellement il peut être perçu autrement d’un individu à un autre! Je ne spoilerai pas mais ma théorie aboutit à une vision positive et optimiste. La grosse palette d’acteurs est impressionnante aussi bien dans leur jeu que leurs diverses évolutions. Je retiens en premier lieu les prestations de Tom Hanks et Halle Berry qui se croisent plusieurs fois. Ma période préférée est bizarrement celle des années 70 en voyant enquêter cette dernière avec sa coupe de cheveux très représentative de cette époque disco. Puis on se tape des barres de rire grâce à Jim Broadbent qui se retrouve enfermé dans un pensionnat de vieux.

On peut noter aussi la présence de Hugh Grant et Susan Sarandon dans de nombreux rôles secondaires.  Le reste du casting s’implique honnêtement. En fait il faut prendre Cloud Atlas comme un train qu’on essaie d’attraper mais qu’une fois embarqué, si on réussi car ce n’est pas forcement gagné, et bien on se prend ce plaisir de vivre un bon moment cinématographique mettant en lumière le destin de l’être humain ainsi que sa condition à travers ses actes et entremêlant parfois maladroitement l’amour et la réincarnation!  Pas un chef d’oeuvre pour autant car beaucoup de questions restent en suspens même après analyse post générique de fin mais ce produit reste un ovni du 7ème art qui fera longuement parler de lui…

Note:  7/10

ca6

BANDE ANNONCE:

 ca7

Publicités

4 réflexions sur “Cloud Atlas – Critique

  1. Un film visuellement très fort, aux scènes marquantes, mais dont le scénario, les histoires, finalement…ben ne racontent pas grand chose d’exceptionnel ! Beaucoup de bruit pour rien, en somme, et passablement indigeste.
    Même si s’amuser à reconnaître les acteurs peut permettre de faire passer le temps (la palme revenant à Hugh Grant grimmé en monstre cannibale !)
    🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s