Ma série addiction (part. 2) – Dossier


Partie 1 du dossier Ma Série Addiction: ICI

PARTIE 2

Au début des années 90, j’ai lâché complètement mon engouement pour les dessins animés au profit des séries sans vraiment savoir que cela allait devenir à long terme une réelle addiction. Je pense que la transition a réellement abouti grâce aux super-héros tels que L’Incroyable Hulk et Wonder Woman via leurs multiples rediffusions. J’ai de meilleurs souvenirs avec la seconde interprétée par la jolie Lynda Carter. Quand je la revois aujourd’hui, je la trouve très kitch mais j’en attend impatiemment un remake (même au cinéma). Je me souviens également avoir été passionné par L’homme de l’Atlantide avec Patrick Duffy

sa21

Je prenais pour habitude de suivre des séries avec mes parents! Avec mon père, c’était souvent en soirée que je découvrais avec délectation les enquêtes de Columbo. J’aimais vraiment le voir à chaque fois démasquer l’assassin de l’épisode qui nous était connu dès l’introduction. Avec ma mère, c’était plutôt Arabesque avec Angela Lansbury et les Drôles de Dames qui bossaient avec détermination pour le mystérieux Charlie. J’admirai la beauté de Jacklyn Smith :p

sa22

En parallèle, j’étais fasciné par l’univers futuriste de Cosmos 1999. Les morts brutales de cette série m’effrayaient au plus haut point! Je me souviens d’un énorme monstre statique avec tentacules qui absorbait ses victimes pour en recracher les squelettes! Mon personnage préféré était Maya jouée par Catherine Schell. Elle avait ce don de se métamorphoser en animal. Les effets spéciaux étant basiques, on voyait juste la bestiole à travers sa pupille et hop l’image qui suivait, elle était sous forme animale. Son arrivée était tardive dans le show et me fait rappeler bizarrement ma préférence au personnage de Phenicia dans le dessin animé Goldorak, petite soeur de Actarus, qui arrive très tard, elle aussi, dans l’histoire…

sa23

Cela me rappelle que quelques années plutôt, je flippais devant les lézards verts de la série V (les Visiteurs). Diana, la femme officier de haut rang de ces extra-terrestres, était terrifiante! Ces scènes où elle croquait une perruche ou avalait une souris sont mémorables à vie! De plus, l’histoire prenait le temps d’instaurer un climat effroyable en s’attardant longuement à juste escient sur ses personnages. Avec les séries de nos jours, cela ne se fait pratiquement plus! Y’a de l’action dorénavant dès le pilote et cela laisse souvent peu de place pour l’attachement aux protagonistes…. J’était attristé à chaque fois qu’un personnage mourrait dans ce show…

sa24

Mon attirance pour les histoires d’horreur prenait de l’ampleur avec la série Le Voyageur (The Hitchhiker) où à la manière des Contes de la cryptePage Fletcher, un auto-stoppeur en ballade, nous racontait des petites histoires très sombres avec une morale dans chaque dénouement. Rien que la musique du générique étant effrayante! Vous en rappelez vous ? Voici le générique:

Puis à la même période, toujours sur le même ton, je ne loupais jamais les épisodes de la Quatrième Dimension mais surtout Alfred Hitchcock Présente (la version en noir et blanc car il en existe une en couleurs). Ici, c’était moins horrifique mais l’atmosphère n’en était jamais moins glaçante. Chaque récit restait toujours percutant avec des acteurs hollywoodiens au jeu indéniablement bon!

sa25

Même si tout ce que je cite jusqu’ici a été majoritairement visionné grâce à des rediffusions, mon vrai premier grand Amour avec l’univers des séries prend naissance avec Côte Ouest (Knots Landing)! C’est la première fois que j’ai réussi à voir tous les épisodes sans en louper un et dans l’ordre s’il vous plait! Les premiers étaient plutôt des standalone mais les intrigues de ce feuilleton s’imposaient vraiment au fil des saisons avec son lot de meurtres, trahisons , infidélités  mensonges, accidents, kidnapping, drogues et bien sûr amours! J’était tellement dingue de ce spin-off de Dallas que j’en venais même à faire des statistiques sur le nombre d’apparitions de chaque acteur et actrice pour chaque épisode! Je reconnais ce grain de folie :p.

Cast of 'Knots Landing'

Un peu à la manière de Wisteria Lane chez les Desperate Housewives, on suivait le quotidien des résidents de ce quartier bordé de maisons longeant une voie sans issue sous forme de cercle! Ce qui était super à ce moment là, c’est qu’on avait droit, il me semble sur TF1, à un épisode par jour et sans attente entre chaque saison! Je suis devenu un grand fan de la jolie et sexy Paige Matheson incarnée par Nicollette Sheridan, la Edie Britt de Desperate Housewives. Elle avait un bon fond malgré sa carapace de garce qui n’hésitait pas à planter son prochain pour arriver à ses fins. J’aimais également beaucoup les intrigues menées par les machiavéliques Abby et Greg et j’avais une affection particulière pour les héroïnes principales Karen et Valene ainsi que Laura qui, pour cette dernière, nous a réservé une fin tragique et marquante! Deux vipères ont pimentés ce show: Jill Bennett (Teri Austin) qui se suicide dans le coffre d’une voiture pour faire accuser son ennemie Valene de ce meurtre et Linda Fairgate (Lar Park Lincoln), la blonde pulpeuse qui épouse Eric, le fils de Karen. Son ambition égocentrique la mène tout droit à la mort: elle se fait égorgée… Ce fut un moment visuel très douloureux à supporter et vivre…

sa27

Vous trouverez mon dossier complet sur la série Côte Ouest (Knots Landing) en cliquant ICI !

A la même époque, je zappais toujours lorsque le Soap Santa Barbara était diffusé. Je ne supportait pas cette idée que le décor d’une série ne s’installait qu’en intérieur sans aucune action avec des longs dialogues qui se prolongeaient sur plusieurs scènes. Mais une fois, je découvre le sosie d’une camarade de classe. Intrigué, c’est par le personnage de la psychotique Eleanor Norris dingue de Cruz qui voulait tuer Eden, paralysée des jambes. A noter que c’est la série qui a révélé la grande actrice Robin Wright. Donc pris par le jeu, je me suis retrouvé à suivre une cinquantaine d’épisodes d’affilés. Mais par sérieux manque de temps, j’ai pu abandonner cette série sans la moindre difficulté en laissant une priorité à Côte Ouest

sa28

Sans internet, c’était le magnétoscope qui me permettait heureusement de vivre pleinement cette passion qu’est la sériephilie, même si je la consommais durant mon adolescence avec une considérable modération…

En bonus, le générique français de Côte Ouest. Souvenez vous, les paroles débutaient ainsi:

Côte Ouest, le long du grand Pacifique les vagues défient le temps.
Côte Ouest, ton paysage magique s’efface dans l’océan.

A suivre dans la partie 3 avec Melrose Place,  Urgences, Ally Mc Beal, Twin Peaks…

asuivre

 

Publicités

8 réflexions sur “Ma série addiction (part. 2) – Dossier

  1. Ping: Ma série addiction (part. 1) – Dossier | La 7ème Séance

  2. Ping: Ma série addiction (part. 3) – Dossier | La 7ème Séance

  3. quel ressemblance dans nos parcours ! 🙂 même époque ca se voit ! côte ouest c’était l’histoire de la chanteuse interprété par Lisa Hartman et de son double, ainsi que la disparition des enfants de val qui je crois m’on le plus marqué..allez je file à la partie 3 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s