Insidious: Chapitre 2 – Critique


ic1

Titre Original: Insidious: Chapter 2
Genre: Horreur/Thriller
Date de Sortie: 2 Octobre 2013 (France)
Durée: 1h46
Réalisateur: James Wan

Avec: Patrick Wilson, Rose Byrne, Ty Simpkins, Lin Shaye, Barbara Hershey, Steve Coulter, Leigh Whannell, Angus Sampson, Andrew Astor, Hank Harris, Jocelin Donahue, Lindsay Seim, Danielle Bisutti

ic2

Synopsis:

Après tout ce qu’elle a affronté, la famille Lambert s’efforce de reprendre une vie normale, mais le monde des esprits semble en avoir décidé autrement. Josh et Renai vont tenter de découvrir le secret qui les relie au terrifiant monde des esprits.

 ic3

Cette séquelle macabre qui flirte avec l’au-delà est réalisée par le tout jeune cinéaste sino-malaisien James Wan (à peine 36 ans) qui excelle dans le genre de l’épouvante avec entre autres Saw, The Conjuring et le premier chapitre de Insidious dans sa filmographie! Même si cela ne tient qu’à moi, je ne considère pas Insidious: Chapitre 2 comme une suite mais plutôt comme un volet complémentaire au premier pour lequel il s’imbrique mécaniquement! Les amateurs d’horreur seront peut-être déçus de ne voir aucune scène horrifique puisque ce film se dispense de tout élément gore! Mais il n’en est pas dénué de jump scares qui pour la plupart sont plutôt efficaces! En fait il faut prendre ce long métrage comme un très bon thriller bien ficelé mené à tambour battant de bout en bout par une tension constante et flippante! Oui cela fonctionne vraiment et d’ailleurs j’ai légèrement préféré ce chapitre au précédent qui était déjà une réussite! La mise en scène est magistrale! Car après une introduction forte en émotions qui prend place de nombreuses années plus tôt, quand les quinquagénaires de Insidious 1 étaient plus jeunes en fait, et bien l »histoire reprend directement au lendemain même du final glaçant du premier titre. On ne nous offre donc aucun moment de répit et le seul point noir qu’on pourrait attribuer à cette histoire c’est qu’elle ne peut pas être appréciée sans avoir vu le premier opus…

3S7C7147.CR2

Ce qui différencie la saga d’Insidious d’autres films de maison hantées, ce sont ces projections astrales et ces voyages dans le temps qui parviennent à nous transporter! Et une fois dans le monde parallèle (celui des morts), je n’ai pu m’empêcher de comparer ces sensations ressenties à celles des jeux vidéos de survival comme par exemple Silent Hill! Et ce qui est remarquable avec ce nouveau chapitre, c’est que tout le casting sans exception de Insidious 1, morts inclus, est de retour en intégralité! Cela est indirectement une astuce pour la réalisation qui est de ne pas perdre son temps à nous faire attacher à cette famille qui subit ce calvaire car on la connait déjà! Mais aussi cette vieille chasseuse de fantôme incarnée par Lin Shaye (Critters) qui avait récolté la sympathie des cinéphiles notamment à cause de son sort tragique qui lui était réservé dans le premier volet. Reste à savoir comment, ils ont pu intégrer son retour dans cette suite! :p . Même les deux gosses Ty Simpkins et Andrew Astor reprennent leurs rôles respectifs: en fait ils ont très peu grandi bien que trois ans séparent les deux films. On y voit que du feu puisqu’il sont censés garder le même âge pour ces deux films…

ic7

Chez les âmes démoniaques, on ne peut être que terrorisé et impressionné par Danielle Bisutti (La Malédiction de Chucky) qui joue l’esprit de cette mère castratrice aux allures de Greta Garbo! Ensuite on retrouve cette famille malchanceuse dont le père est toujours incarné par un Patrick Wilson (The Conjuring) changeant et dérangeant, qui vit une possession malsaine rappelant indirectement celle vécue par le fils aîné dans Amityville 2, capable de décimer un par un ses proches. Mais heureusement sa femme, jouée encore par Rose Byrne (Damages) tente de prendre les choses en mains en ayant qu’un seul but: protéger ses trois enfants. Puis pour ne pas énumérer le reste du cast, on peut apprécier tout de même la participation de la grand mère, sous les traits de l’exquise Barbara Hershey, vue récemment en vilaine mère dans la série Once Upon a Time. C’est par elle que l’on va pouvoir réunir toutes les clés de la compréhension de cet univers noir qui pèse sur cette famille depuis des décennies! Et ce qui est vraiment fort et magique, une fois que l’on a visionné les deux Insidious, c’est de constater que tout se recoupe malicieusement et s’emboîte sans faux raccord! Par contre, je reconnais que la scène finale, qui est plutôt une ouverture vers un troisième chapitre peut être, est un peu grossière et facile mais elle n’entache en rien le scénario. Insidious: Chapitre 2 est à prendre tout de même plus pour un thriller sur fond de paranormal qu’un film d’épouvante mais qui, tout de même, met diaboliquement la pression tout en étant bourré de subtilités et de révélations vis-à-vis du premier chapitre…

Note: 8/10

ic8

 

BANDE ANNONCE:

ic9

ic5

Publicités

9 réflexions sur “Insidious: Chapitre 2 – Critique

  1. mais ça m’a l’air bien fameux ….. je vais suivre tes conseils Hakim et me diriger vers le premier insidious avant de prendre place devant le grand écran ……

  2. Pas du tout convaincu par cette suite maladroite et agaçante. Le scénario se complique inutilement, en multipilant les fausses bonnes idées.
    Jump Scares, effets mous et déjà vus mille fois (le jouet pour bébé, les portes..).
    Et surtout James Wan ne réussit jamais à faire peur, alors qu’il m’avait terrorisé avec The Conjuring. C’est même dificile de croire que c’est le même réalisateur..

  3. Je lis pas je lis pas 🙂 MDR c’est dur de résister à l’envie de lire ton article, mais je vais le voir le weekend prochain 🙂 du coup je vais encore patienter pour que la surprise soit totale ^^

  4. j’ai également beaucoup aimé cette séquelle qui ne cherche pas à reproduire le même schéma que le précédent opus. Le fait que le film nous fasse changer de point de vue sur les évènements relatés dans le prémier épisode est une belle idée. Ensuite, l’inconvénient est que l’effet de surprise ne marche plus, que certains procédés de jump scares sont classiques, mais quand même… James Wan prouve, malgré ces quelques scories, qu’il reste le meilleur en la matière épouvantable.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s